Les petits Platons vous souhaitent un merveilleux Noël !

Le 24 Décembre 2012

Les petits Platons vous souhaitent un merveilleux Noël !

et vous offrent, à l'occasion, ce poème de Claude-Henri Rocquet, auteur des titres sur Érasme et Pascal !
 
Noël du Roi du monde


Êtes-vous fous, soudain, mes seigneurs, sires ! 
Pour que chacun laisse là son royaume,
Sa terre, à tel qui s’en voudra saisir
Comme on ramasse dans l’herbe une pomme
Tombée au premier souffle de l’automne ?
Et pour que désormais au lieu de vous il règne 
Comme s’il avait gagné une guerre
Ou d’un roi fou hérité l’héritage ?
Quand il n’a trouvé devant lui que porte ouverte,
Domaine envahi par la ronce et par l’ortie,
Toiture que la bourrasque a défaite.
Vous avez lu dans le grimoire obscur
Des astres, des étoiles, qu’allait naître
Un roi, un roi plus haut que tous les rois,
Tenant le monde infini dans sa paume
Et cependant plus faible et désarmé
Que cette goutte d’eau, miroir du ciel,
Ou que le roseau qui tremble au vent noir 
De décembre. Ah ! combien de nuits, seigneurs !
Vous êtes-vous tenus à la fenêtre,
Guettant, guettant le clin d’œil d’une étoile
Et l’appel qui vous conduirait à lui
Pour l’adorer, vous qui êtes poussière.
Un roi, là-bas, allait enfin paraître
Comme dans le silence et la nuit de l’hiver
La semence devient l’épi que le soleil
De juillet mûrira pour le jour des faucilles.
Le ciel, certaine nuit, fut insolite.
Le livre eut une parole inouïe.
Et vous voici, sur la foi de ce signe
Qui n’est peut-être qu’un songe, laissant
Peut-être pour toujours votre maison
Et le bruit du ruisseau qui fait tourner la roue,
Les noisetiers au bord de la prairie,
L’étang qui dort sous son manteau de feuilles
Et qui écoute les rainettes et les carpes
S’interroger sur la nature des nuages 
Et la raison des éclairs, de la pluie,
L’oiseau qui chante sur l’ardoise bleue
Comme il chantait déjà dans votre enfance
Chaque matin d’avril et dès le bleu de l’aube.
Vous avez mis vos pas dans les pas d’une étoile
Que nul ne voit sinon vous-mêmes comme en rêve.
Vous perdrez tout en route, vous perdrez
Même votre chemin, et puis un jour,
À bout de forces, perdus, vous tendrez 
La main, pour que la grâce d’une aumône, 
À ces trois gueux, donne de quoi marcher
Encore un peu. Vous direz au passant
Charitable : « Frère, nous cherchions Dieu
Et nous l’avons trouvé puisque pour lui
Nous avons tout laissé. Notre royaume
N’est aujourd’hui qu’un brin de paille, une lumière,
Un seuil, une lucarne où s’abrite la neige,
Un toit de chaume ou le bois d’un auvent,
L’étable où nous sourit un enfant, roi du monde. »
                                          
                                 Claude-Henri Rocquet
                                 Noël 2012             

Autres actualités

Le 8 Février 2021

"Être, c'est suivre le chemin de l'éternel retour, c'est vivre, aimer et jouir de chaque instant pour ne rien regretter et être prêt à tout recommencer.

Le 8 Février 2021

Avec Camille Amilhat et Jérôme Brunet, Jean-Paul Mongin, nôtre grand Platon, était sur RCF pour parler de démocratie et du besoin d'éduquer les enfants à celle-ci. Comment éduquer à la démocratie ? La citoyenneté, l'engagement pour la nation : est-ce que ça s'apprend ?

Le 19 Janvier 2021

« On assiste en quelque sorte à la naissance de [la psychologie] élaborée autour d’une sorte d’illumination : pour déplier le cerveau, l’appréhender

 
Le 13 Janvier 2021

Pamela Ellayah nous a fait le plaisir de chroniquer pour Notes bibliographiques notre dernier titre Ainsi parlait Nietzsche -

Le 25 Décembre 2020
Une chronique de Corinne Kefes parue sur le site web de France Ouvrière. « Minos demande à Socrate de revenir sur Terre rendre les hommes meilleurs. Socrate est sage et connaît la justice mais il ne sait pas convaincre. Minos lui adjoint Gorgias, un menteur qui sait persuader. »
 
Le 22 Décembre 2020

 

Envie d'un podcast ? Découvrez la chronique sur Ainsi parlait Nietzsche proposée dans la rubrique "J'ai lu pour vous" animée par Laurent Bonnefoy pour Radio 16 :

Le 12 Décembre 2020

"Avec Ainsi parlait Nietzsche, Les petits Platons s’offrent un sacré 10e anniversaire.